Saturday, September 20, 2014

Pikes Slim radio installation and maiden flight


Installation is (very) tight, but fine as after some thinking, each element finds its place naturally.
Some changes however: I installed the super tiny and powefull MKS DS6100 for the elevator (note: The MKS DS6125e can fit).  I replace the 8 channels receivers by a 6 channels receiver, installed on top of the fuselage. The battery is a 2S LiIon 2900 mAh, so I have S-BEC in front of each servo. Satellite is in the nose. First antenna is below the receiver, in a plastic sleeve glued in the fuselage, the second antenna is on the side of the receiver with an angle of 45 to 60° (not 90° as idealy recommended).



At the end I needed about 130g of lead in the nose to retrieve my optimal CoG of 107mm. I will keep my current settings as the rear boom has the same length. Empty weight is 2170g for a double carbon ST wing version, which is a very good weight for F3F.

Maiden flight occured end of august, few days before my departure for the World championship on Slovakia. Conditions were light and it was difficult to say if there is a small of big improvement over the standard fuselage. Only time will says, with competitions and a panel of conditions. It seems however that the plane is a bit more pitchy which would indicate a lighter fuselage moment because of the shorter nose.For the rest, it is very subjective to write any conclusion.

Below is the video of the maiden flight at Puy de Manse:



Report: Alpine F3F cup, Briancon


1 weeks after the FAI of col de Tende (eurotour/worldcup), most of the pilots met again in the french alps in Briançon for a contest of the Eurotour. the specificity of this contet is that we reach the slope using 4x4 cars therefore the number of participants is limited to 30. This year, I have been honored by the organisers to be responsible to drive one of the 4X4 cars. This is my first experience ever, and I really enjoyed it, with my copilot Mickael Krebs. The first day os the competition we went to the south slope, waited a bit for the breeze to install, then started some rounds. Conditions were very variables from one flight to another. At the end of the day, we had 4 rounds in the pocket. Matthieu Mervelet was in first position, followed by Frédéric Hours and Stephane Riccobono. On Saturday, we changed to the North slope located at 2400m of altitude. The wind was blowing strongly so we could expect lots of additional rounds and a change in the ranking. This slope is very technical and challenging. Gain of altitude during the 30 second was very important so pilots were flying along the rocks and cliff on the right and wait until the maximum before to start. Then the best strategy was to do bank and yank turns and manage some diving, keeping in mind the antidiving rule of 5 seconds. At this game, Stephane Riccobono has been the best, well served by his Stinger that was flying great and super fast, like all stingers this day. The landing area was fine, but needed some attention, some some plane has been damaged. We saw also 3 spectacular crashes on the slope with 2 plane totally destroyed. Saturday evening, the counter was at 11 rounds, Matthieu dropped down in the ranking, Stephane was now first followed by Sébastien Lanes and Fréderic Hours. Monday, despite very encouraging forecasts, has been very disapointing as we got no wind so didn't do any round, and the ranking became the final ranking.

Overall a super competition, very friendly, in a superb place with a nice ride in 4x4. A great thanks to Alain Gallinet and Frederic Hours for organising it !



I have made the following video to capture the atmosphere of this contest. I think it tells a lot about it:



Flying the Vagabond from Hacker Model

I programmed several flight modes with different amount of elevator. Normal flying with normal (but still agile) elevator, full elevator position with lots of exponentional to keep the Vagabond controlable and a thermal position with some camber and little elevator mouvement. Despite this, the Vagabond needs an adaptation time. It reminds a very agile plane, without inertia, and very neutral which needs always some attention to pilot. It is possible to fly the Vagabond in small conditions and thermals with it. Now don't expect to do long transition to catch the thermal. I you go through sink air, the plane will show it clearly and loose altitude quickly. At the opposite, I flew the Vagabond in strong and turbulent wind. The structure is flexing in all direction, but the plane remains controlable. Now this is not fun and there is no means to ballast it. No, the best conditions for the Vagabond are a gentle breeze creating a stable lift at the edge. Here everything becomes possible and you enter in a new dimension of the flight. Roll, reversal, looping, flip, inverted flight, knife edge flight, stall roll, all combination of them, plus new manoeuvers that you can create.



We haven't noticed much differences in flight between the light version (not covered and 500g) and the heavy version (610g). This is why I recommend the covered version that will improve the lifetime greatly.
Have an eye on the battery consumption because the 4 servos and big control surfaces drain the battery quickly, and as the plane is addictive and that you cannot stop, you could easily drain all the battery power :)

Finaly, Hacker suceeded to proposed a VTPR plane that requires a short assembly time, with a nice looking and that have the main characteristics of a VTPR plane, bringing lots of fun and joy to its pilot. For me the goal is perfectly achieved even if the purists will find some negative points.

Below are 2 videos made this summer of the vagabond. First one is at le col du Glandon is a strong and turbulent wind. The second one is at le col de Tende in ideal conditions.

Flying the Vagabond from Pierre Rondel on Vimeo.

 
Enjoying the Vagabond from Pierre Rondel on Vimeo.

Wednesday, September 17, 2014

Report: FAI Col de Tende

The 18th, 19th and 20th of July was the first edition of the FAI contest of the Col de Tende at the border between Italy and France. In fact this contest was formerly the contest held in Caussols, but organisers decided to move it to Tende to use this exceptional slope with good breeze conditions in summer. For this first edition, plenty different nations were represented among the 32 competitors coming from France, Germany, UK, Poland, Cezch Republic, Switzerland, Netherland, Austria.

Friday, after the briefing at the end of the morning, we could complete 2 rounds, the third one couldn't be validated because of too many reflies and also because of the wind dying

Saturday was a great day as we could fly 8 rounds. Conditions has been very stable as expected. Only the clouds appearing time to time because of the pressure and humidity had to be carefuly followed.

Sunday, we could add 4 more rounds to reach a total 14 rounds. Unfortunately, it was 1 round less than the number required to active a second joker. Anyway, it was a great competition organized by Paul Eytan and Allan Cohen. We all get a bottle of Limoncello :) !!!

For me it was my first competition with the Shinto. After 14 rounds over 3 days, I won the competition by a good margin. The Shinto worked great, from small conditions to strong conditions. I flew up to 1.1 kg of ballast because the high altitude and the low air density. My best time over the week-end was 2 times 34 seconds. At the last flight, I almost atomished my plane on a big rock while pumping to gain altitude. Hopefully for me, I avoided the rock by 30cm. 

MKS servos HBL6625 and HV6125e worked great, in association with the LDS from Aerotec. I always have an observation periode when having a new plane to "secure" it, see what must be modified, or tuned. At the moment, everything is perfect. 





Video: Needle 115V onboard cam

A flying session at puy de manse with a Mobius attached on the wing tip or on the fuselage:


Video: New launch method !!!

Michel Leroyer launching ... well pushing Gérard Prat's Air 100 into the slope. We had about 70km/h of wind at that time


Video: Asw-15 aerobatics

Roland Stuck doing aerobatics with his home made 5 meters wingspan ASW15. A super pilot and a nice plane for a magic moment.



Picture of the 16th of July

A 4 meter Air100 doing aerobatics at Corps, near Grenoble.


V-Venture, le prêt à voler selon Graupner



Introduction

Le V-Venture est le petit nouveau de Graupner sur le segment des moto-planeurs de début avec moteur propulsif. Il rejoint le Rookie vendu par la même société. Il vise davantage le jeune débutant pressé de voler et ne voulant pas s'embarrasser avec la construction. Il est du coup disponible uniquement en version  RTF, livrée avec un émetteur MX10 ou en version RFH qui signifie «ready for Hott» le système 2.4ghz commercialisé par Graupner. C'est cette deuxième version que je vous propose à l'essai aujourd'hui.

Présentation du kit

Le V-Venture arrive dans une large boite, bien calé dans son fond de boite en polystyrène.
Ce qui attire immédiatement l'attention, c'est ce stab en V déjà assemblé, non démontable et ne fournissant que la fonction profondeur. Ce choix de conception est de prime abord curieux et prend à contre pied les modèles de débuts traditionnels «dérive-profondeur». Nous verrons lors des essais en vol si ce choix est finalement judicieux ou non. Le fuselage est entouré par les ailes posées sur la tranche.



Une notice de 9 pages est fournie avec le kit. A mon goût, elle contient un peu trop de texte et pas assez de schéma simple et clair, donc elle demande un peu plus d'attention pour suivre et comprendre les quelques étapes du montage et réglages, un point à améliorer.

Le fuselage est complètement terminé, décoration posée, verrière peinte en noir, fermant à l'aide d'un aimant à l'avant. L'unique servos de profondeur (un DES 281BB MG) est situé au fond du fuselage. Devant se trouve le récepteur GR-12 Hott déjà câblé. Petit soucis du détail, un bout de gaine collé verticalement permet de bien positionné le brin d'antenne de manière idéale, on apprécie!

Le fuselage est rigidifié en son centre par un tube carbone. Le moteur Compact 260 7,4V est fixé à l'extérieur, garantissant un bon refroidissement. Le contrôleur ESC de 18 Amp est dissimulé derrière
la verrière à la base du pylône moteur. Il est facile à retirer si besoin.

Les ailes sont également prêtes à l'emploi: elles sont équipées de servos DES 261BB, servos numérique sur roulement de la classes des 11gr. Là aussi c'est un bon point. Le montage permet des débattement mécaniques conséquent ce qui permettra par programmation de l’émetteur de satisfaire tous les pilotes, du parfait débutant au pilote dégrossi désirant un planeur plus maniable.

La décoration est déjà posée sur l'ensemble du modèle. A la sortie de la boite, elle est du plus bel effet. Il s'agit de décalcomanie extrêmement fin, probablement posés à l'eau comme sur les maquettes de ma jeunesse (maintenant lointaine). L'avantage est que la décoration épouse parfaitement les formes même non développable du planeur. Elle est de plus bien visible et offre un bon contraste.

Le V-Venture est livré avec un accus Lipo 2S de 2500 mAh avec une prise JST. Il faudra d'ailleurs prévoir une prise d'équilibrage Graupner si vous n'en avez pas encore.

Montage ... vous avez dit montage?

Et bien non, rien à faire, puisque même le récepteur est branché. Il suffira donc de chargé l’accu de propulsion et de la placer dans le fuselage. Il se loge pile poil, bien calé à l'avant du fuselage, sans risque de se déplacer en vol.

J'ai trouvé le montage soigné, aidé par une conception simple et très rationnelle. J'ai juste rajouté un bout de blenderm à l'intrados pour empêcher les fils de servos d'ailerons de sortir de leur saignée. Petite parenthèse: Le blenderm de 3M se trouve en pharmacie et est l'adhésif idéal pour les modèle en mousse. Son accroche est meilleure et sa souplesse permet d'optimiser sa tenue.

Les ailes s’emboîtent fermement l'une dans l'autre grâce à une découpe façon puzzle. Le maintient est excellent. La clé d'aile est un tube carbone de 10 mm de diamètre extérieur.

Par contre la connexion des servos d'ailerons sur le récepteur est peu pratique à l'usage, car aucune rallonge n'est fournie obligeant à chaque fois d'enlever l’accu de propulsion puis de sortir le récepteur de son logement pour y brancher les servos. Ceci étant dit, le V-Venture est compact donc on peut se permettre de le laisser monté la plupart du temps.

Bien que le centrage soit indiqué dans la notice, et que le modèle soit centré correctement avec la batterie de propulsion fournie, j'aurai aimé une petite marque de moulage comme cela se fait généralement pour bien identifier le Centre de Gravité. Ce ne coûte rien et c'est très formateur pour un débutant de vérifier l'équilibrage avant le vol.

Le réglage de la radio est un jeu d'enfant. Vous pourrez prévoir un dual rate pour les ailerons. La notice recommande également le réglage de ce qu'ils appellent «speed brake» en relevant les ailerons vers le haut. Bon allons voir maintenant ce que cela donne en vol!


Essai en vol

C'est sans inquiétude aucune que je suis allé effectuer le premier vol dans un champ non loin de chez moi. Petit contrôle du centrage et des commandes et c'est parti!

Mise en route du moteur, le V-Venture part tout droit sous une pente douce. Le moteur n'est pas un foudre de guerre mais suffit a monter gentiment le modèle. Par contre il est clair que la motorisation a été calculée au plus juste, et l'on ne pourra pas rajouter de charge supplémentaire comme par exemple une petite caméra.

J'ai été tout de suite surpris par la docilité et la stabilité des trajectoires. Le double, voir triple dièdre, en est la raison. Les ailerons sont doux, sans être pour autant mous. Contrairement à un 2 axes dérive-profondeur où l'on doit maintenir l'ordre à la dérive, ici on incline aux ailerons puis on relâche et on soutient légèrement à la profondeur. J'avoue avoir été un peu dérouté au début par l'absence de dérive, mais on fini par s'y faire. Le V-Venture fait preuve d'une certaine auto-stabilité sur l'axe du roulis: S'il est légèrement incliné et qu'on laisse les manches au neutre, il revient doucement à plat. C'est une caractéristique intéressante pour un débutant. De même, le décrochage est tardif et tout gentil, une autre qualité d'un planeur de début.



Malgré un profil annoncé sur le papier comme étant un HQ 3/12, on ne peux pas dire que le V-Venture soit un moto-planeur fin, cela étant due à sa faible charge alaire, qui est à la fois un atout et un handicap. Certes, il marque bien les changements de portance, mais malheureusement ne permet pas de s’échapper facilement  d'une zone de déportance. Moteur arrêté, l'hélice ne traîne pas trop et on se laisse prendre au jeu à enrouler les petites bulles de passage.

Le V-Venture ne rechigne pas à remuer un peu. Il passe la voltige de base, en s'aidant du moteur pour compenser la faible charge alaire et donc le manque d'amplitude des figures verticales. Le tonneau est plutôt bien axé, le vol dos avec moteur peut durer longtemps, preuve d'un calage aile/stab/moteur bien calculé

Gros point noir à l'usage, la déco s’abîme vite partant par petit bout sur les éléments exposés et sollicité. Je vous conseille de prévoir un marqueur permanent noir et rouge pour faire des retouches afin de garder la décoration dans un état correcte.

L'atterrissage même sans les aérofreins ne pose aucun problème. Le V-Venture se ralenti sans aucun problème permettant d'envisager des posés très court si nécessaire.

Coté autonomie, excellent surprise car en fonction de l'usage moteur, on oscille entre 20  et 30 minutes, voir beaucoup plus si les conditions s'y prêtent. Ceci n'est pas surprenant à la vue du choix de la motorisation en 2S et de la tension nominale du moteur à 7.4v.

Conclusion

Bien que surprenant dans ses choix de conception, le V-Venture  remplit parfaitement son contrat. Il constitue un bon modèle de début, avec peu d'inertie, donc plutôt résistant  aux chocs. Équipé d'éléments radio/moteur de qualité, son montage est soigné, sa docilité et stabilité en vol en sont ses atouts. Et puis son autonomie moteur est excellente. On regrettera juste que la jolie décoration soit si fragile à l'usage.


J'ai aimé:
  • Conception rationnelle et montage soigné
  • Très stable et docile
  • Excellente autonomie moteur
J'ai moins aimé:
  • Décalcomanies très fragiles
  • Stabilisateur en V non démontables
  • Pas de marquage du CG à l'intrados de l'aile
Caractéristiques techniques
  • Envergure 1350 mm
  • Longueur 860  mm
  • Poids du modèle testé 535  g
  • Surface totale 26,7  dm²
  • Surface du stabilisateur 5,0  dm²
  • Surface des ailes 21,7  dm²
  • Cordes 19/18/12 cm
  • Profil de la profondeur NACA 009
  • Profil de l'aile HQ 3,0/12
  • Charge alaire 20  g/dm²


Planet-Soaring is back













Hello  all!

After a summer break, planet-soaring is back with plenty of work on the table. I just returned from the F3F world championship in slovakia where I got a team gold medal with my team mates ! the week before, I also kept my national champion title in Ardèche on a super spot. We did 20 rounds in 2 days with plenty of fast time and a sub-30 (29.40s) for me which is not so often. Erlier in the summer I broke my personnal best in the vercors with a 28.01s. I also won the eurotour/world cup contest of the col de tende on the France/Italy border. In brief, a very sucessfull summer with plenty of nice memories, and pictures that I will share with you in the coming days !

Stay tuned !