facebook js

Follow Planet-Soaring on Facebook

Sunday, November 29, 2020

Review: RTGModel Orden, fly different !


Introduction

RTGModel is a Slovak-based manufacturer that has been producing F3F gliders for many years now, and is synonymous with top notch molding quality and attention to details. Long based on HN profiles, this new glider, the Orden, marks a breakthrough in aerodynamic design to bring it into line with current standards (new dedicated wing profile, thin fuselage, rounded tip, ailerons running all the way out to the wingtip), while marking its difference by making some original choices. I propose with this review to see if the Orden achieves its objective of competing with the best sellers of the moment. 

Kit Overview


With a wingspan of 2.88m, the Orden is rather small compared to the current trend of 2.95 to 3 meters. The choice of a small 230 mm root wing cord and tail cord is giving it a visual aspect ratio so that the glider looks bigger. The first wing panel is almost rectangular so that the wing area is comparable with other gliders on the market. The tips are rounded without being elliptical, and the ailerons run all the way out to the wingtip to maximize roll rate. The wing has a ballast compartment that can accommodate 1.6kg of brass ballast. The wing joiner can host 600 gr of additional ballast for a total of 2.2kg. As with the previous RTGModel gliders, the Orden has its proprietary LDS system, which has the particularity of having the removable control surface axis using a tool supplied with the kit. It is a brass rod with the inside of the threaded tube at one of its ends. Axes also have a thread. The tool is screwed onto the axis and simply pulled. On the servo side, a wooden servo frame receives an epoxy cage for a ball bearing that takes up the forces of the servo output gear. Do not forget to indicate the servos brand you want to use when ordering.

Kit overview photo album:    https://photos.app.goo.gl/7pYxJERDbx2BgpGi9

Let's move on to the fuselage: the diameter is reduced to a minimum on the front part to reduce drag, like the Stribog+. On the other hand, there is no more wing root and the nose is slightly more plunging. As in all RTGModel productions, the servo tray is molded and drilled, with Kevlar reinforcements: Thus, 2 large Kevlar strips run far enough towards the nose for more strength. This fuselage is closed by a small canopy that offers sufficient opening to access and extract all the radio elements without any problems.

Tails are a strong innovation of the Orden: Rather small in size, they are made full with a core in Rohacell and "spreadtow” carbon fabric, but above all, they are articulated by the middle, i. e. the hinge is inserted between the 2 half cores, which avoids this hinge to work with time. It is no longer necessary to make sealing wipers, as the gap is reduced to a minimum.  Another positive point of these tail planes, they are very light at only 30/31 grams including the carbon rod joiner, but still robust. On these tail planes are the usual aluminum horns facing upwards, which receive the 2mm metal clevises (no ball joint clevis). In use, it is very practical to mount / remove tails when travelling.

RTGModel’ s trademark remains the quality of molding and finishing down to the last detail, and the Orden is no exception to the rule, all adjustments are perfect, the surfaces and paint offer a superb shine, deep colors, in short, a very beautiful work. Finally, here are the weights of the various components:

  • Left tail: 31gr
  • Right tail: 30 gr
  • Left wing: 602gr
  • Right wing: 608 gr
  • Fuselage: 275 gr
  • Wing joiner: 95gr

Total: 1640gr before assembly.

Straight forward assembly

In the more than 25 years I have been doing F3F in competition, I have had the opportunity to ride a large number of gliders. Some require a little more work and attention. This is not the case with the Orden, which has no surprises or particular difficulties.  At first glance, I thought that the radio installation in the fuselage would be complicated because of its narrowness, but this is not the case. I even found the assembly more "spacy" than on the Stribog+. The molded servo plate is perfectly positioned in height and the slight offset in opposition of each servo makes them ideally positioned and the control rods perfectly aligned. The servos are inserted without forcing on the plate, without risk of damaging the output of the servo wire. A little trick on the way to screw the servos in place: I place the servos at the stop of their housing and insert a small custom-made part between the 2 servos, with two screws. This assembly ensures that the servos are perfectly held without any lack of material for the screws.

Personally I mount the female green plugs on the fuselage and the male plugs in the wings. Plug recesses on the fuselage root are perfectly adjusted. Once the wiring is done, I make 2 small parts in 1mm plywood to serve as a stop to the green plug (with a 2mm shrinkage on the edges), and improve the bonding. First of all, I glue these 2 pieces with fast epoxy, then I install and glue the green plugs, always with fast epoxy. To ensure that the grips are positioned perpendicular to the root, I have made 3D printing templates in which I block the green grips during gluing, which also allows me to use clamps during drying. 

For the wings, the work consists in gluing the wooden servo frames in place, wiring and then assembling the servos. However, I always add a step which is to put an additional piece of carbon fabric to stiffen the skin even more so that the glued frame and its servos do not deform the top surface. A small sanding before gluing the frames allows a better grip.


The LDS system is unique to RTGModel and includes a wooden frame, an epoxy cage receiving the external bearing, an epoxy arm, and an aluminum servo head with its axis and clamping screws. The arms for the flaps are a few millimeters longer, so I advise you to identify them first...

Start by gluing the bearing cage to its wooden frame, and then insert the ball bearing into it. The frame must be glued in the correct position, so it is necessary to start by installing the epoxy arm on the steering side and then connect the roll drive to the arm. This then makes it possible to glue the frames, perfectly positioned, with the roll drive in its housing, and optionally the servos, protected from the glue by a plastic film or thin tape. Do not forget when gluing to put a small piece of 3mm by 3mm paper tape on each frame screw hole so that the glue does not get in.

The green plug is glued to the root rib with the wing in place on the fuselage, all surfaces being protected with fine tape and release agent (polyvinyl alcohol solution).

A picture is often better than a long speech, so you can find all the pictures of the glider assembly here:

  https://photos.app.goo.gl/RUA8iK6YSmCqk8256 

Small check on the scale, 2175gr empty in flying order, it's very good and let oversee a versatile glider!

Let's go to the slope!

I finished assembling the Orden just before leaving for the FAI competition at Col de Tende mid-July 2019. So I stopped on my way, near Gap, to make the maiden flight. Lift conditions were rather light that day, but the Orden perfectly performed its flight, I just moved back the CG a little to help retain energy in turns.

48 hours later, following a crash where I damaged my primary glider, I switched to the Orden and finished the competition with it, winning 3 out of 7 rounds with the Orden, and winning the competition, so very satisfied with such introduction!

What about the glider: in F3F, we don't only look for straight line speed, but a clever mix between speed and energy retention in turns. The Orden has precisely these two qualities. Able to accelerate and fly fast in a straight line, its turning behavior is excellent, combining stability and acceleration when exiting the turn, provided that the snap-flaps are well adjusted. Under certain conditions you can even feel a kind of "kick in the ass" acceleration of the glider. According to the manufacturer, the CG range is between 90 and 100mm. I'm personally started at 95mm and finished at 98.5mm.

In light conditions, the low weight of the glider at 2175grs is an advantage. You can then stick to the slope and tighten the turn without any problems. As soon as the lift is becoming stronger, the turn is widened to an "Energy Management" style turn, i.e. the glider describes a turn away from the ridge with a 45° slope to get grip while on the edge, then return to the ridge and "screw" in front of the pilot to start preparing for the second turn. This turning technique requires heavier flying.

In very strong wind and while flying ballasted around 4 kg, I noticed a slight bending of the wings in high G turns, without any consequences. For information, my version is a “Standard” version, double carbon, i. e. a sandwich composed of a 90gr/m2 outer fabric / Airex / 60 gr/m2 spread tow inner fabric. A strong double carbon version is always available with a sandwich composed of a 160gr/m2 outer fabric / Airex / 80 gr/m2 inner fabric. 

Since then, I have also tested this strong layup wings and could check the excellent stiffness for an empty flying weight around 2350gr only which remains an excellent compromise to cover most of the conditions.

The Orden accommodates many different flying and turning styles. It is just the amount of elevator that allows you to switch from one style of turn to another; there is no need to change the snap-flaps ratio.

In typical sport flying, the qualities mentioned above make the Orden an excellent companion that adapts to all conditions: Light weather and thermal “hunting”, more dynamic wind or aerobatics, very strong wind and ballistic flight. Circling holds perfectly, helped by the small dihedral of the wing. Transitions to travel from thermal to thermal are a simple excercice and allow you to explore the airspace quickly without losing altitude, and the flaps in the thermal position are effective. 

All the basic aerobatics goes smoothly even if it is not the glider's vocation. Quadroflaps bring vivacity and precision. On landing, the "butterfly" mix works perfectly and allows you to land short.

In short, the versatility is there and the Orden will give a lot of satisfaction to its pilot whatever the flying conditions or the flying style!

To close the chapter, here are 2 videos about the Orden

Maiden Flight:


Flying the Orden: 



The final word

RTGModel has succeeded in his bet because the Orden offers much more than just an evolution of the Stribog and Stribog+ but is now able to compete with the market best-sellers. It therefore offers a beautiful alternative for those who want to fly different, with an extremely well built glider, and dreadfully effective in all circumstances. To be consumed without moderation, whether for sport flying or F3F competition. Have a good flight, everyone!


Characteristics

  • Wingspan 2885 mm
  • Length 1470 mm
  • Wing area 54.74 dm2 (FAI : 60 dm2)
  • Empty weight 2175 gr (max FAI : 4500 gr)
  • Manufacturer http://www.rtgmodel.sk/
Milan Demcisak
Polna 3174/6
01001 Zilina
Slovakia


Settings

  • CG:  98.5mm
  • Elevator :  6mm up/down
  • Rudder:  8mm up/down
  • Function Ailerons
o Ailerons : 28 up / 14 down
o Flap: 15 up / 8 down
  • Function Snap-flaps:
o Flaps: 7mm down at full elevator
o Ailerons: trailing edge aligned
  • Function Butterfly
o Flaps: 45mm down
o Ailerons: 23mm up
o Elevator compensation:  5mm down
  • Thermal position
o Flaps: 4mm down
o Ailerons trailing edge aligned
  • Speed position
o Flaps: 1mm up
o Ailerons trailing edge aligned






Monday, September 7, 2020

Alpina Carbotec kit unboxing


I had the chance to visit FLASH RC (www.flashrc.com) last week and participate to the unboxing of the Alpina Carbotec (Electro version) with Hervé who ordered it for himself.

First the packaging: The parcel arrived by carrier, in a big carton box, in perfect condition. However opening it shows only basic protection and the securing of the different components is far to be ideal for such a nice plane and large box: some tape here and there, light foam fabric around the components, and finally some air bags to fill the upper space.

So this is a warning to MPX: Please make the packaging even more secure otherwise you will have trouble with damaged planes and you will need to waste a big amount of energy to manage all this !

Now the Alpina : Well ... to be honest with you, what a nice surprise !!!

The Quality is really nice, with a nice finish and perfect fit. Many nice details here and there like the mounting system of the rudder with a long axis inserted from the top of the rudder, or the lock system for the wings. The Fuselage (reinforced by carbon after trailing edge) comes with cooling slits and cooling exit, as well as molded small flange to perfectly glue the fiberglass motor mount. The canopy is beautiful and is made of Carbon fabric with a very simple but efficient lock system. The joiner is square and plain carbon. The wipers are nicely made and the flaps can move up generously so Quaddroflaps is possible for aerobatics and maneuverability. Servo and battery trays are plywood with fiberglass on both sides.

We found the servo bay on the wings a little bit small. The trailing edge is a bit thick but we think it is on purpose, to get robust and reliable over the time. Wings seems very stiff and robust. The section looks like a revisited Ritz airfoil (10% thickness at the root and 9% at the tip according to MPX).

Overall, the kit quality is really good, especially regarding the very aggressive price for such airframe. Good job Multiplex! But once again don't destroy all this with a "so-so" packing.

Photo album: https://photos.app.goo.gl/fe3nbzotawr3jFMg7








Thursday, June 4, 2020

Avoid BQ 3D printers !!!! ... No spare part available !


We often say that if you want a serious warranty and after sale service, including spare parts, don't buy in china, and prefer local and renown brand you won't be disappointed ...

When I decided to purchase my 3D printer end of 2015, I choose to follow this recommendation and bought a printer proudly "made in Europe", in Spain to be exact, the BQ Hephestos 2.  And I purchased from BQ directly, not from a re-seller.

875 hours of printing later, and especially lots of printing since mid march 2020, after joining the Covid-19 protective shield making initiative, I started to have some issue with the leveling, until I was totally unable to print anything, as the auto-leveling was failing randomly, making the printer to not print on the plate, but in the space (Video at the end).

I did some checking and found that the inductive sensor boar was probably faulty. The problem is that the led was not working since few month already so I couldn't do any manual leveling or adjustment. I started to search the spare part.

I quickly found that no re-seller was stocking or selling this part anymore, the part being "discontinued" or "out of stock" everywhere.





So I decided to contact BQ directly. First the commercial department redirected me to re-sellers, 2 in particular, that I contacted over the phone with no result. They don't have in stock and cannot help.

I recontacted BQ Commercial 3D department, and explained again the situation, begging them for help to order a new inductive sensor directly from them.

I then received a mail from BQ 3D Support Team, this time asking for more details such as serial number, invoice, pictures, video showing the problem, etc ... which I provided the same day, telling to myself that this time in few days, I will be able to order the spare part and receive it, repair and restart printing.

But unfortunately, I was totally wrong. Since I sent them all the data/details and the video, I didn't receive any answer and have been totally ignored despite my reminders to both commercial and support department twice.

This is really disappointing and frustrating !

This inductive sensor board being BQ specific, I have no idea if I can replace it with a generic inductive sensor without damaging the printer (voltage, pin layout, sensor sensitivity, etc ...).

Moral of this story:  I paid my BQ Hephestos 2 (Prusa i3) printer 5 times the price of a Chinese Prusa i3 printer, and I'm now blocked because I cannot get any assistance from the manufacturer itself.

The worse is that this sensor is common to the 2 printer models BQ is selling, the Hephestos 2 and the Witbox 2, and that these 2 printers are still available widely, and in stock everywhere. This should means they still have spare parts available.

In conclusion, BQ is not a serious company at all, as they have absolutely  no consideration for their customers.

So If you are looking for a 3D printer, just forget BQ, they don't deserve any interest and trust from us. There are many other alternatives on the market, much cheaper, and with better printing quality, and at least, you will be able to find spare part more easily.

As we often say: "Forewarned is forearmed !" so now you are aware !



Friday, February 14, 2020

Quantum F3F presentation article


Following the publishing of my article in Aufwind magazine, I worked on an english version that I propose you for download:



Good reading !



Wednesday, November 6, 2019

Jumper T16 PRO Hall

I just received my new backup & foamies transmitter: For the price of a one Futaba T32MZ Gold edition (at 5000€ !!!) , I can buy 34 units of this transmitter ! This is the Jumper T16 PRO HALL. It looks like Futaba, but it "taste" OpenTx, which is way more exciting than Futaba software !!!

The cheap transmitter features:
  • Hall effect gimbals
  • 6 digital trims, 2 sliders.
  • Color screen
  •  internal multi protocol HF module:
*Cypress Semiconductor CYRF6936: DSM/DSMX, Walkera Devo
*Texas Instruments CC2500: FrSky, Futaba SFHSS
* Amiccom A7105: FlySky, FlySky AFHDS2A, Hubsan
* Nordic Semiconductor NRF24L01: HiSky, Syma, ASSAN and most other Chinese models

  • JR compatible external module casing
  • powered by 2 LiIon 18650 batteries

The good news is that OpenTx recently announced they will support the Jumper T16 from the OpenTx version 2.3.2 onward. You can already use the nightly build and flash the Jumper with it.

the 6 trims will give me 2 additional "on the fly" settings. Currently, on my primary transmitter, I using the throttle trim to modify the snap-flap ratio, except for landing flight mode where the same trim modify the compensation of the elevator while using the crow brakes. The rudder trim is modifying the ailerons differential. So I could add another trim to modify the elevator throw, and a fourth one to increase or decrease the flaps position in thermal flight mode. So many possibilities !

also with this radio, no need to pay additional license fees to unlock some features, you have the full potential of OpenTx immediately !

First impressions are very good. The finish and fit of the case is very nice and looks better than the Taranis X9D, Q7, X12, X10. Hall effect gimbals are very smooth and precise as we can expect. The case feels very comfortable in hands, and is light, and well balanced. Sticks are well positioned and the stick length can be very short, so all good for small hands like mines.

Overall, I'm very happy after unpacking the radio, about the quality you get for the small price.

Next step will be to buy 2 LiIon batteries. I will probably go for the largest capacity to maximize power time. I read somewhere that some people installed bigger cells like 21650 format and get up to 5000mAh of capacity !!!! l will therefore check the height of the battery housing before to buy.

Stay tuned !


















Sunday, September 29, 2019

RC-Slopes database now on Google Earth



(version française à la fin)

Hello everyone,

Following the closure of the RC-Slopes site and so that the exceptional contribution of Stéphane is lost forever, I took the initiative to download the xml file that Stéphane provides on the homepage and transform it into kmz file to be used directly with Google Earth, either the chrome-based WEB version (https://earth.google.com/web/) or the PRO version to install on your PC (https://www.google.com/intl/en/earth/releases/#earth-pro).

The kmz file can be downloaded here .

If you use the web version of goodle earth, once started, go to the settings menu and allow import of kml file. Then click on "My Favorite Places", then "import a kml file", select the downloaded file beforehand, and validate!

For the PRO version, it's almost the same. Once started, go to the "file" menu, then click on "import", select the downloaded file and validate.

In both cases, a list of several hundred slopes appears and when you click on one of them, Google Earth hovers over the map and zooms in on the slope, while displaying the important information that was on the site RC Slopes.

It also works with the Android mobile app. To do this, simply install the application, download the kmz file. Once this file on the phone, a double click on it proposes to open it with the application Google Earth. By cons the mobile application does not display the list of slopes, just the icons, so you have to move on the map.

In short, it will never replace RC-Slopes, but at least it will be able to use this wealth of information and the user experience is not so bad, especially on a smartphone.

Another huge thank you to Stéphane for the tremendous work he has done all these years (not to mention the many contributors). Indeed many people do not realize the energy that it requires, and others behave like consumers, to whom everything is due!


______________________


Bonjour à tous,

Suite à la fermeture du site RC-Slopes et afin que l'exceptionnelle contribution de Stéphane ne soit perdu à jamais, J'ai pris l'initiative de télécharger le fichier xml que Stéphane fournit sur la page d'accueil et de le transformer en fichier kmz pour pouvoir être utilisé directement avec Google Earth, soit la version WEB sous chrome (https://earth.google.com/web/) soit la version PRO à installer sur votre PC (https://www.google.com/intl/fr/earth/versions/#earth-pro).

Le fichier kmz peut être téléchargé ici .

Si vous utilisez la version Web de goodle earth, une fois lancée, allez dans le menu paramètres et autorisez l'importation de fichier kml. Ensuite cliquer sur "Mes Lieux préférés", puis "importer un fichier kml", sélectionner le fichier téléchargé au préalable, et validez !

Pour la version PRO, c'est presque pareil. Une fois démarrée, aller dans le menu "fichier", puis cliquez sur "importer", sélectionner le fichier téléchargé et validez.

Dans les 2 cas, une liste de plusieurs centaines de pentes apparaît alors et quand vous cliquez sur l'un d'entre elle, Google earth survole la carte et zoom sur la pente, tout en affichant les informations importantes qui se trouvaient sur le site RC Slopes.



Cela fonctionne aussi avec l'application mobile Android. Pour cela, il suffit d'installer l'application, télécharger le fichier kmz. Une fois ce fichier sur le téléphone, un double click dessus propose de l'ouvrir avec l'application Google Earth. Par contre l'application mobile n'affiche pas la liste des pentes, juste les icônes, donc il faut se déplacer sur la carte.

En bref, cela ne remplacera jamais RC-Slopes, mais au moins cela permettra de pouvoir utiliser cette mine d'information et l'expérience utilisateur n'est pas si mal que cela, surtout sur une smartphone.

Encore un immense merci à Stéphane pour le travail énorme fourni toutes ces années (Sans oublier aussi les nombreux contributeurs). Effectivement beaucoup de personnes ne se rendent pas compte de l'énergie que cela demande, et d'autres se comportent comme des consommateurs, à qui tout est dû !



Tuesday, May 21, 2019

Championnat du monde de F3F 2018, Rügen


Texte et Photos : Pierre Rondel

Introduction


Comme tous les deux ans depuis 2012, l'équipe de France de F3F composée cette année de Matthieu Mervelet (pilote), Sébastien Lanes (pilote), Pierre Rondel (pilote), Andreas Fricke (chef d'équipe), et Michael Krebs (Aide, Lanceur) a participé au championnat du monde de la discipline qui se tenait en Allemagne. Si le championnat durait 6 jours, le périple de l'équipe de France a lui duré 17 jours, car depuis le début, nous faisons le pari de placer juste avant une semaine d'entrainement intensif soit sur les lieux même, soit sur un lieu similaire afin d'arriver idéalement préparé. Je vous propose donc de revivre notre voyage de 2 semaines au bord de la mer du nord puis de la mer baltique début octobre.

Une semaine d'entrainement au paradis du F3F


Et le paradis en question est le Danemark, le pays où il y a plus (presque) d'éoliennes que d'habitants. Nous avions déjà été sur ces pentes de bord de mer en 2012 et en 2016 donc nous les connaissons bien. C'est le terrain de jeu idéal car la côte regorge de petites pentes plus ou moins hautes, plus ou moins verticales qui permettent de retrouver le profil de pente que nous allions rencontrer au championnat du monde. Nous avons privilégiés cette option pour avoir les pentes pour nous tout seul et engranger les heures de vol.

C'est donc après une longue journée de voyage (départ à 4h du matin), en avion, et même 2 jours de voyage en voiture pour Andreas avec tout l'équipement, un rendez-vous à l'aéroport de Hambourg puis 400 km de route que nous nous retrouvons tout de suite, avant même de récupérer les clés de notre gite, sur une pente près de Humlum, avec 17m/s de vent, et des pointes à 20m/s. On ne pouvait pas faire mieux comme entrée en matière !
Dès le lendemain et les jours suivants, nous allons voler du milieu de matinée jusqu’à la fin de l’après-midi, pratiquement non-stop, à en vider les accus : Au programme, des centaines  de bases et virages pour chacun, travail du pompage pour la prise d'altitude, travail sur le bon timing par rapport aux 30 secondes, lecture et analyse de la pente et de son relief, lecture des conditions de vent, techniques de virage en fonction de la pente et de la météo, réglage fin des planeurs (essentiellement le centre de gravité et snap-flaps) par rapport à la densité de l'air et de la force du vent. 


Lors de ces vols d'entrainement, nous allons recevoir l'aide précieuse d'un allié de poids ! En effet, Pierre avait pris soin d’amener dans ses bagages 2 appareils "PiCamTrackers" construits sur la base d'un Raspberry Pi et d'une caméra “fish eye” haute définition (FHD) permettant de détecter un objet en mouvement, et placés sur les bases, reliés par câble au centre, là où se trouve le pilote, pour déclencher le beep. Ceci a permis de rester tous ensemble au point de pilotage et de pouvoir échanger sans courir à droite ou à gauche pour aller juger les virages des copains. De plus, la précision de ces appareils est démoniaque, avec un double beep (un quand le planeur passe devant, un deuxième en sortie de virage) ce qui nous a permis de travailler sur l'anticipation des virages en plus de la technique avec toujours en tête la recherche de vitesse et d'accélération.
Seule la journée de Mardi sera affectée par un gros coup de vent avec des rafales supérieures à 120 km/h. Nous ferons quand même une petite sortie et un vol chacun dans la tourmente avant que le vent atteigne son maximum, puis nous sommes retournés au chaud dans notre camp de base.


Bref, comme vous l'aurez compris, cette semaine a été intense, studieuse, appliquée, et en plus sans casse. C'est donc bien préparé que nous prenons la route le vendredi pour Rügen, cette île au nord de l’Allemagne et non loin de la frontière polonaise, à 700 km de notre base d'entrainement quand même !


German Open FAI



Il est devenu une tradition pour la plupart des championnats du monde planeur de commencer par un pré-concours FAI, faisant partie de la World Cup. Ce pré-concours, très fréquenté car les participants sont déjà sur place, y compris les aides ou chef d'équipe, ne permet pas d'effectuer un grand nombre de manches, mais a le mérite de prendre contact avec les pentes du championnat, de jauger la forme des équipes et pilotes présents et de rentrer dans le bain. La première journée du "German Open" s'est caractérisé pas un temps magnifique avec 21 degrés mais peu ou pas de vent sur cette pente sud de Goor. Après 3/4 de manches dans un vent de 3 m/s en moyenne, nous avons dû arrêter, le vent étant complètement tombé. Puis nous sommes allés à "Wind tunnel" (nom de la pente nord nord-ouest) pour tenter de finir la manche mais sans succès, le vent étant de nouveau tombé et trop travers droit. L'équipe de France a terminé cette journée vers 19h30 par l'enregistrement et le contrôle des modèles pour le championnat.




Dimanche, changement radical de la météo et retour à Wind tunnel, cette fois avec 16m/s, mais conditions faiblissantes tout au long du concours avec pour la 4ième manche un vent de plus en plus travers droit. Andreas et Sébastien volent en début de manche (comme 8 pilotes du top 10) ce qui leur permet de sortir de beaux vols et de bons chronos. Michael explose son Shinto dans la falaise sur un retour pente et une grosse turbulence. Certains morceaux ont été emportés par la mer, un coup dur. Matthieu et Pierre volent en fin de manche et essayent de s'accrocher  et de limiter la casse. Malheureusement Matthieu se prend une pénalité pour franchissement du plan de sécurité sur cette pente à la crête de forme concave. Beaucoup de casse lors de cette deuxième journée, peut-être 5 à 8 modèles explosés sur la pente ou dans la falaise de sable. L’anémomètre de l'organisateur est détruit suite à une collision avec un Shinto Australien. 



En gagnant la première manche en « groupe scoring » puis les 2 manches suivantes, Sébastien remporte brillamment cet open, devant une partie des favoris, les allemands ayant préféré bouder ce German Open et aller voler ailleurs. Pierre fini 9ieme, Andreas 11ieme et Matthieu 26ieme, impacté par sa pénalité. Fort de cette victoire, Sébastien remporte du même coup la World Cup 2018, très beau résultat, un grand bravo ! Cette journée de Dimanche se termine par une cérémonie d'ouverture au phare de Cap Arkona, avec les habituels discours mais aussi des clips vidéo présentant chaque pays participant, au nombre de 21. La cérémonie est suivie d'un banquet informel et convivial.

Le championnat commence !



Ce premier jour du championnat se passe plutôt bien pour l'équipe sur la pente sud de Goor: 4 manches sont courues dans du 9m/s faiblissant en fin d’après-midi. Par équipe nous sommes second, en individuel, Pierre est 4ieme, Sébastien 5ieme et Matthieu 9ième. Ce n'est que le début et le chemin est encore très long, donc surtout pas de triomphalisme et nous restons concentrés.
Cela se complique dès la deuxième journée, toujours sur la même pente, mais avec un vent plus faible et davantage de travers. Après une première manche loterie avec des temps oscillant entre 57s et plus de 90 secondes, la deuxième manche est encore pire avec un vent parallèle et même quelques vols à zéro, un véritable carnage ! 
Au début du groupe 3, suite à une action du pilote Allemand et champion du monde en titre, qui effectue un vol stationnaire face au vent longeant et à 10 mètre de la ligne d'arrivée, l’organisateur décide curieusement de stopper le concours et faire migrer tout le monde vers la pente de "Turbulator", sans même respecter l'interruption nécessaire de 30 minutes avant d'annuler le groupe et passer en groupe scoring. Personne ne réagit sur le moment, trop content d'arrêter là le massacre. Nous déménageons donc vers la pente de Turbulator, mais là aussi le vent est trop de travers et après avoir lancé le premier concurrent donc le vol se fini dans la falaise de sable, le directeur de course décide d’arrêter le concours momentanément puis de clore la journée. Le 3ième groupe volera donc demain. Plus tard dans la soirée nous apprenons que 3 réclamations ont été déposées, toutes pour l'absence de mesure de direction de vent et pour avoir effectué une manche avec un vent de travers au-delà de 45°. 2 réclamations ont été rejetées car déposées trop tard (maximum 1 heure après l'incident).  Seule la réclamation des polonais, déposée à temps, est acceptée et il est donc décidé de faire revoler seulement le groupe 2 en plus du 3ième groupe.


La troisième journée est une petite journée pour cause de vent quasi nul ! Nous sommes "convoqués"  à la pente pour midi et attendons jusqu’à 16h avant de voler.  Nous avons commencé par faire voler le groupe 2, avant que le vent tombe à la moitié du groupe 3. Il devra revoler demain pour terminer cette manche 6, décidément laborieuse !

Lors de la 4ieme journée du championnat, nous nous sommes déplacés sur la pente le Witt. Les conditions sont globalement meilleures. Lors du revol du groupe 3 de la manche 6, Matthieu plante son Pitbull 2 sur la crête après une bête erreur d'appréciation, donc le vol est compté zéro, heureusement sans pénalité, mais tout de même un gros coup au moral de l'équipe. Nous effectuons ensuite 4 manches dans des conditions qui demeurent variables, les thermiques étant remplacés par des variations de direction de vent et d'intensité qui durent une dizaine de pilotes en moyenne. Les Allemands font une belle remontée, les Autrichiens ont pris le large. Sébastien est celui qui tire le mieux son épingle du jeu de nous trois, en pilotant superbement dans de plutôt bonnes conditions. Dans la dernière manche, nous assistons impuissant à un triste incident: le planeur de Stefan Fraundhofer part tout droit sans contrôle (problème radio ?) pour aller se crasher violemment dans la mer 300 mètres plus loin puis se faire engloutir, c'est dur à voir. Après cette journée bien remplie, Sébastien est aux avant-postes puisqu’il pointe en 3ieme position du classement général. Pierre ferme le top 10 et Matthieu est 13ieme. Par équipe les Allemands nous sont passés devant, ce qui était prévisible, les Autrichiens mènent la danse.

Le jour suivant nous sommes de retour à la pente sud, et les conditions sont retombées. Le calvaire recommence avec 2 manches 2/3 effectuées, une loterie mémorable avec des temps entre 46 et 112s !!! On se prend à dire: "Wow !!! Le gars il va déchirer tout le monde en faisant un temps en 69 secondes" ou à applaudir un chrono en 72 secondes .... Le supplice se termine par l'annulation du groupe 3 de la manche 13. Nous avons fini la journée par la photo de groupe. Le Lendemain,  les vols doivent s'arrêter à 12h donc on peut espérer finir la manche 13 et éventuellement faire la manche 14. Sébastien perd malheureusement une place, Pierre dégringole progressivement dans le classement et pointe à la 14ième position et Matthieu remonte pour fermer le top 10. Par équipe nous gardons notre 3ieme place.
Dernier jour du championnat, les conditions ne se présentent pas bien. Nous avons attendu jusqu’à 11h30 avant de commencer le groupe 3 de la manche 13. Encore une fois le vent est vite retombé et la moitié des pilotes ont dû se contenter de mauvais chrono, y compris le futur champion du monde, Philippe Stary (Autriche). Le championnat se termine finalement vers 12h30. Sébastien ne bouge pas et rate de très peu le podium en individuel, Matthieu perd quelques places et est maintenant 14ieme et Pierre perd encore une place, en 15ieme position. Au final, la France décroche le Bronze par équipe, derrière l’Allemagne et l’Autriche.





Un programme surprise pour la remise des prix


Nous nous sommes tous retrouvés vers 15h à Rügenhof pour prendre 2 cars qui nous ont amené dans le port de Sassnitz. Nous avons ensuite embarqué à bord d'un bateau pour une petite croisière d'une heure, vers Binz puis vers Sellin plus au sud où nous avons débarqué pour passer la soirée dans un superbe bâtiment datant de 1906 et construit sur un ponton. Une fois le banquet terminé, les deux bus nous ont ramené à Rügenhof vers 22h00. Une soirée très réussi et solennelle dans un lieu chargé d'histoire.

Les enseignements de ce championnat


Les deux grandes nations de la discipline F3F restent l’Autriche et l’Allemagne. Mais elles doivent compter avec la France qui ramène une médaille par équipe comme à chacun des championnats depuis sa création. La république tchèque, les USA ou la hollande sont venu avec des équipes bien préparées, tout comme l’Espagne, venu cette année avec un junior faisant preuve d’un sacré niveau. D’autres nations, historiquement forte, ont par contre un peu déçu lors de ces championnats, comme l’Angleterre ou la Norvège. Les pays asiatiques n’avaient pas tous envoyé leur meilleurs pilotes ou alors avaient des équipes incomplètes. Le Venezuela, frappé de plein fouet par une grave crise politique et économique n’était représentée que par un seul pilote, vivant et travaillant en Espagne.
Côté planeur maintenant: Beaucoup de Shinto, sans aucun doute le planeur le plus utilisé car polyvalent et à l’aise dans le petit temps, beaucoup de Freestyler (toute versions confondues) mais finalement le parc planeur restait relativement hétéroclite, avec des modèles plus récents comme le Pitbull 2, le Device, le Pike Precision 2. La météo n’a malheureusement pas permis d’entrevoir une supériorité flagrante d’un planeur sur un autre.

Le futur du F3F


F3F est une belle catégorie parce que les règles sont simples et que nous volons dans des endroits très différents et attrayants. Tout cela me fait penser que la participation augmentera dans le futur et que les compétitions seront encore plus importante, en particulier le championnat du monde. Personnellement, les 3 principales leçons apprises à Rügen sont:

  1. Une manche avec 63 pilotes peut durer entre 2 heures et 3 heures selon les conditions. Pendant cette période, les conditions de vol peuvent beaucoup changer. Par exemple le matin lorsque l'air est encore humide mais s’assèche doucement lorsque le vent se lève, ce qui entraîne une différence de temps de 10 secondes, voire plus. 
  2. Le tirage au sort doit être effectué avec soin pour garantir une parfaite distribution, ce qui n’a pas été le cas à Rügen.
  3. Lorsque une manche est interrompue (conditions marginales ou tombé de la nuit) et que les scores se font par groupe, la méthode de calcul des points devient vite inéquitable et conduit à des distorsions dans le classement. 

Alors pourquoi ne pas essayer de faire évoluer les règles afin d’organiser une compétition plus loyale avec un grand nombre de pilotes ? Malheureusement, les premières tentatives de discussion sont infructueuses et il semble qu’il n’y ait pas de réelle volonté des autres nations de bouger, ou même à minima soutenir une quelconque réforme.

Cap vers la France en 2020 !


Ce championnat du monde 2018 n’a malheureusement pas été à la hauteur de nos espérances et préparations, le vent faisant défaut pour laisser place à une grande variabilité des conditions de vol. Mais cela fait partie du jeu en F3F et il faut l’accepter. Un grand merci l’équipe organisatrice du championnat du monde pour les efforts considérables mis en œuvre pour accueillir l'ensemble des pilotes dans les meilleures conditions. Que ce soit la communication, les cérémonies d'ouverture et de clôture, la logistique, tout était réussi. Encore un grand merci aux juges, directeur de course, chronométreurs, aides et toutes les personnes qui ont contribué à cette belle et grande compétition ! Il est dorénavant temps de se tourner vers 2020 car la candidature de la France a été retenue pour accueillir le prochain championnat. Il se déroulera début octobre en région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée entre Limoux et Castelnaudary. Cela nous laisse un peu moins de 2 ans pour s’organiser et préparer le meilleur accueil  à nos amis pilotes du monde entier !

Remerciements


L’équipe de France tenait à remercier en premier lieu la FFAM pour son soutien de tous les instants, particulièrement les personnes de la FFAM qui ont activement participé à la préparation de ce championnat. Enfin, nous voulons remercier les nombreux soutiens (Baudismodel, MKS Servo Glider, Blanc Bonnet, Ecirtech, Zepsus, Servorahmen GmbH, Multiplex Modellsport GmbH & Co, Horizon Hobby Europe, Jérem-aéro, Dream-Flight, Funny Birds, Silence Model, SDlinemodel, Portachiavi 3D) qui nous ont supporté de différentes manières pendant notre préparation et durant ces deux semaines sans bien sur oublier la communauté planeurs en France qui nous a suivi de près et encouragé pendant toute cette aventure, sur les réseaux sociaux ou sur le site web de l’équipe de France !



Review: RTGModel Orden, fly different !

Introduction RTGModel is a Slovak-based manufacturer that has been producing F3F gliders for many years now, and is synonymous with top notc...